Correspondance croisée 1910-1955

Édition établie, présentée et annotée par Marie-Jeanne Dumont

Présentation

Loin d’être l’autodidacte solitaire que veut la légende, Le Corbusier doit sa formation à l’enseignement de quelques maîtres avec lesquels ses relations ont été assez intenses pour se prolonger sous forme épistolaire. Après le peintre Charles L’Eplattenier et l’architecte Auguste Perret, l’écrivain suisse William Ritter, son aîné de vingt ans, aura été le troisième de ces maîtres, initiant le jeune homme au travail de l’écriture, aux subtilités de la langue française et aux humanités classiques. Il ouvrit l’horizon culturel du jeune Jurassien aux pays d’Europe centrale et le guida pour son célèbre Voyage d’Orient. Plus, ce fut lui qui en fit un véritable écrivain.

Ritter était devenu ensuite un confident pour le jeune homme pendant les années de guerre. Éloignés par le départ de l’architecte à Paris en 1917, les deux amis sont restés liés toute leur vie. Les quatre cent cinquante lettres échangées constituent un document capital pour comprendre la formation et la pensée de l’architecte. Elles sont aussi un bel exemple de littérature épistolaire.

Biographie

Le Corbusier (1887-1965) Architecte, peintre, écrivain suisse de naissance, naturalisé français en 1937. Il fut le théoricien et le héraut du mouvement moderne en architecture.

William Ritter (1867-1955) Critique, essayiste et romancier suisse, il fut un ardent défenseur de Mahler et de Smetana. D’abord installé à Munich, il revint en Suisse en 1914.

  • ISBN : 978-2-910342-52-4
  • 860 pages 13 x 20.5cm
  • 45 €

Des mêmes auteurs