Architecte

du maître de l'oeuvre au disagneur

Présentation

La profession d’architecte est née de la brèche créée au XVIe siècle entre le concepteur et l’entrepreneur, dont les fonctions étaient, jusque là, accomplies par une seule personne : le maître de l’œuvre.

Louis XIV l’a accentuée en créant l’Académie d’architecture, puis sous la Révolution, la Convention et le Directoire qui créèrent l’Académie des beaux-arts.

Au cours de cette évolution, les instances professionnelles ont privilégié l’alliance avec le pouvoir politique plutôt qu’avec le monde professionnel : au fil du temps, les architectes ont abandonné une partie de ce qui ressortait normalement de leur compétence aux entrepreneurs, aux ingénieurs, aux bureaux d’étude, jusqu’à ne plus être réduit – dans certains cas – qu’à fournir le seul dessin du permis de construire. Le livre retrace ce long déclin au travers de quelques exemples.

Biographie

Bernard Marrey (1932) Historien de l’architecture et éditeur.

Table des matières

  • En guise d’introduction : rappel sur l’évolution du sens des mots
  • 1. La désunion, XVIe siècle
    • Brunelleschi et la cathédrale de Florence
    • L’architecteur
  • 2. La normalisation, XVIIe siècle
    • La colonnade
    • L’Académie royale d’architecture
    • La doctrine
    • La formation
    • Le XVIIIe siècle et les écoles d’ingénieurs
    • La coupole de la halle au blé
    • La charpente de de l’Orme
    • Le maître menuisier
    • L’échec de Soufflot
  • 3. La division, XIXe siècle
    • La Révolution
    • L’Institut national
    • La prééminence des peintres
    • La bibliothèque Sainte-Geneviève
    • Les halles centrales de Paris
    • En encadré : le chahut de 1863
    • La tour de 300m
    • Le Grand Palais
    • Le « code » Guadet
    • Une exception : Anatole de Baudot et l’Union syndicale
  • 4. Le repli beaux-arts, 1900-1945
    • L’immeuble de Perret, rue Franklin
    • L’église du Raincy
    • Les fuites de la maison Savoye
    • La clim’ de l’Armée du salut
    • Le magasin 3 de la Samar
    • Une profession en quête d’un statut : naissance de l’ordre
  • 5. Reconstruction et reculade, 1945-1971
    • Les précurseurs des bureaux d’études
    • Premiers bureaux d’études
    • Les bureaux d’études techniques
    • Le bâtiment s’industrialise : le Cnit
    • Ni architecte ni entreprise : Geep
    • Le cas Beaubourg
    • En encadré : conception et réalisation, Rice en Espagne
  • 6. La fin de l’étalon-or : les changes flottants
  • Annexe 1 : Garnier : la responsabilité de l’architecte
  • Annexe 2 : Baudot : la profession d’architecte
  • Annexe 3 : Florilège
  • ISBN : 978-2-910342-89-0
  • 170 pages 13 x 20.5cm
  • 20 €

Du même auteur